Un bouton « Alertez-nous » pour signaler une personne en détresse suicidaire

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

L’ASBL « Un pass dans l’impasse » dévoile les derniers chiffres concernant le suicide dans notre pays. En 2019, 1.728 Belges se sont donné la mort. Et la situation est bien plus dramatique en Wallonie ! Face à ces tristes constats, l’ASBL lance, ce samedi 10 septembre à l’occasion de la Journée mondiale de prévention du suicide, le bouton « Alertez-nous » sur son site web www.un-pass.be. Il permettra de signaler une personne en détresse suicidaire afin qu’« Un pass dans l’impasse » lui offre le soutien dont elle a besoin.

L’ASBL « Un pass dans l’impasse » a analysé les dernières données statistiques* concernant le suicide en Belgique qui viennent d’être publiées par l’institut de santé Sciensano. Le constat est interpellant ! En 2019, 1.728 personnes se sont donné la mort en Belgique. Cela représente 5 suicides par jour. 1.265 concernaient des hommes et 463 concernaient des femmes. Lorsque l’on compare la situation dans les différentes régions du pays, celle de la Wallonie est bien plus dramatique. Si on met le nombre de suicides par région en rapport avec le nombre d’habitants par région, la Wallonie a le plus grand nombre de décès par suicide. En 2019, 646 personnes se sont suicidées dans le sud du pays, 954 personnes dans le nord du pays et 128 personnes à Bruxelles. Ce haut nombre de suicides en Wallonie s’explique par plusieurs facteurs liés notamment à la situation socio-économique des Wallons. Plus alarmant encore : le suicide reste la première cause de mortalité chez les 15-44 ans.

« Entre 2015 et 2019, la tendance annuelle est restée malheureusement constante. Cela démontre un mal-être profondément enfoui dans notre société. Précisons que les données scientifiquement validées pour les années liées à pandémie (2020 et 2021) ne sont pas encore disponibles. Nous constatons toutefois une hausse de 24% des consultations psychologiques liées à la thématique du suicide au sein de notre ASBL », explique Thomas Thirion, Administrateur Délégué de « Un pass dans l’impasse ». « Au cours de leurs consultations, les psychologues de « Un pass dans l’impasse » ont remarqué et remarquent toujours une très forte augmentation des troubles anxio-dépressifs, particulièrement chez les adolescents et les jeunes adultes, suite à la pandémie. Sur le plan clinique, ces plaintes se traduisent surtout par une augmentation de l’intensité des idéations suicidaires, une multiplication des passages à l’acte, des scarifications, mais aussi de la phobie scolaire, d’importants troubles du sommeil et du comportement alimentaire ».

Une alerte pour sauver des vies

Pour « Un pass dans l’impasse », il est donc temps d’agir ! A l’occasion de la Journée mondiale de prévention du suicide, ce samedi 10 septembre, l’ASBL dévoilera le bouton « Alertez-nous » sur son site internet www.un-pass.be. Il permettra de signaler une personne qui est en détresse suicidaire et d’apporter à cette dernière l’aide dont elle a besoin.

« Concrètement, les personnes se rendent sur notre site internet. Le bouton d’alerte se trouve en bas, à droite de leur écran. Il suffit de cliquer dessus. Si elles font déjà partie de nos sentinelles, elles n’ont qu’à s’identifier pour arriver au formulaire qui permettra de déclencher une alerte auprès de notre ASBL. Si elles ne sont pas encore sentinelles, elles doivent d’abord s’inscrire pour le devenir. Elles recevront alors, directement sur leur mail, une courte vidéo qui leur donnera toutes les informations nécessaires pour détecter une personne en détresse et déclencher une alerte. C’est très simple et très rapide. Ce mail contiendra également leurs identifiants, qui leur permettront dans la foulée de déclencher une alerte », poursuit Thomas Thirion.

Pour rappel, une sentinelle est toute personne volontaire, qui n’est pas un professionnel de la santé, formée par l’ASBL « Un pass dans l’impasse » à détecter une personne en détresse suicidaire et à déclencher une alerte. Que vous soyez père, mère, étudiant, banquier, éducateur, vendeur, retraité… quel que soit votre profil, vous pouvez devenir une sentinelle et prévenir le suicide d’une ou plusieurs personnes. La sentinelle fait donc office de relais entre « Un pass dans l’impasse » et la personne en mal-être. Suite à une alerte via le bouton « Alertez-nous », l’ASBL prend rapidement contact avec elle pour lui fournir l’aide psychologique dont elle a besoin.

Se sensibiliser pour parfaire son rôle de sentinelle

« Nous conseillons toutefois d’aller plus loin que la vidéo reçue lors de l’inscription, en assistant à une sensibilisation gratuite pour parfaire son rôle de sentinelle. Cette sensibilisation propose les premières pistes pour détecter et orienter la personne en détresse. Le formateur, un psychologue d’ « Un pass dans l’impasse », apporte une série d’outils aux participants comme les mots à employer avec une personne en détresse et comment détecter la tendance suicidaire. Il montrera aussi comment déclencher une alerte via le bouton d’alerte. C’est simple, gratuit et à la portée de toutes et tous », explique l’Administrateur Délégué de l’ASBL. « Cette sensibilisation dure maximum 3 heures et est disponible en deux formats différents. Elle peut être suivie en vidéoconférence en direct avec un de nos psychologues. Autre possibilité : le e-learning. L’ASBL transmet la sensibilisation en vidéos. La sentinelle les regarde quand elle le veut. Elle peut ensuite assister, si elle le souhaite, à une classe virtuelle d’une heure où elle peut poser toutes ses questions à un psychologue de l’ASBL. L’ensemble des informations sur ces sensibilisations sont accessibles sur notre site web www.un-pass.be ».

Dernière information importante sur le bouton « Alertez-nous » : le déclenchement d’une alerte se fait toujours avec l’accord de la personne en détresse. Le formulaire pour lancer une alerte n’est accessible que si on confirme au préalable cette donnée. Après cette validation, la sentinelle doit simplement compléter les coordonnées de la personne en détresse et les siennes. Elle doit ensuite envoyer le formulaire pour qu’il soit traité par « Un pass dans l’impasse ».

 

* Données compilées par Un pass dans l’impasse et Sciensano